L’EPF renforce ses coopérations académiques avec la République Tchèque et le Ghana

Publié le 27/10/2017

En renforçant ses liens avec les établissements scolaires internationaux, l'EPF développe son réseau, gagne en visibilité pour les étudiants étrangers et enrichit son offre de formations. Bilan sur les dernières missions avec la République Tchèque et le Ghana.

Une mission d’envergure à l’université de BRNO en République Tchèque

Les 2 et 3 octobre derniers, une équipe de l’EPF composée de 8 membres se sont rendus en République Tchèque dans le cadre d’une mission à l’université BRNO : Jean-michel NICOLLE, Directeur de l’EPF - Eric SAVATTERO, Directeur des Formations - Odile TISSIER, Directrice Des Études Adjointe - Olivier HORNER, Directeur de la Recherche et de l’Innovation - Yazid MADI, Enseignant-Chercheur en Mécanique - Thomas PROVOT, Enseignant-Chercheur en Bio-mécanique  - Sophie Telliez, Responsable Adjointe du Département International - Zuzana KRPELANOVA, Consultante pour l’EPF.

L’objectif de ces deux journées consistait à étendre la collaboration entre l'école et la République Tchèque, principalement avec l’Université de BRNO, la plus grande université technique du pays. En effet, ayant déjà un partenariat Erasmus avec ce prestigieux établissement, l’équipe a souhaité approfondir cette relation et d'autant plus suite à la visite en juillet dernier de Jean-Michel NICOLLE et de Stefan SEILER, Responsable du Département International.

Afin de poursuivre les prochaines étapes de nos partenariats, la présence de membres de l’administration étant davantage sur le terrain était nécessaire. L’équipe a eu pendant deux journées des rendez-vous très ciblés avec des membres-clés pouvant contribuer à élargir et renforcer un partenariat déjà existant, notamment en développant des programmes co-construits et plus approfondis dans les domaines tels que la mécanique, le génie civil ou encore le management. Aller au-delà des simples échanges d'étudiants en proposant de la recherche conjointe, ou encore des échanges d’étudiants en thèse et pourquoi pas un double diplôme ?

Sophie TELLIEZ a profité de l'occasion pour présenter l'EPF aux étudiants tchèques dans l’objectif de les informer davantage sur les possibilités de formations à l’EPF. C’était aussi le moment de rencontrer les autres partenaires français de l’université de BRNO et d’échanger sur les bonnes pratiques.

Une rencontre Franco-Ghanéenne avec un avenir prometteur

Orchestrée par l'Ambassade de France au Ghana et Campus France, un organisme rattaché à l'ambassade, du 2 au 6 octobre s’est tenue la 4ème rencontre universitaire Ghana-France. Stefan SEILER a été invité  par le réseau N+i, dont Jean-Michel NICOLLE est président. Cette rencontre est un événement qui regroupe une délégation d'une vingtaine d'universités françaises dont l’objectif consiste à explorer l'enseignement supérieur au Ghana, nouer des partenariats mais aussi présenter les différents établissements étrangers aux étudiants ghanéens.

Une partie de la mission a été consacrée aux tables rondes sur l'enseignement supérieur au Ghana ; un exercice pour comprendre les différents aspects du système éducatif de ce pays  membre observateur de l’Organisation internationale de la francophonie : les points forts, les axes d’amélioration, les thèmes phares, la stratégie du pays dans l'enseignement supérieur pour les années à venir.

D'autre part, du temps a été conscré pour les visites des campus de deux grandes universités du pays : l'Université de Ghana (l'UG) et la Kumasi National University of Science and Technology qui se situe à Kumasi, la deuxième ville la plus grande du Ghana. Une présentation de l'EPF a été assurée au sein de chacune des universités et deux accords ont été établis : un accord d'échange avec la KNUST et un avec l'UG. D'autres pistes de colaboration ont été identifiées, notamment dans le domaine de l'E-Santé, de l’entrepreneuriat, ou encore sur la promotion des femmes.

"C'est une étape de plus dans le renforcement de nos liens existant avec l'Afrique Francophone, ainsi que dans le développement de nos coopérations. Elle nous ouvre par ailleurs l'espace anglophone mais francophile et nous permet de tisser davantage de liens avec l’Afrique Anglophone" conclut Stefan SEILER.