Paroles d'élèves et alumni : Brice LUCAS, diplômé en 2018, a suivi un double-diplôme pour sa 5ème année

Publié le 21/05/2019

Brice LUCAS, diplômé en 2018, a choisi de faire un parcours bi-diplômant après sa formation d'ingénieur généraliste à l'EPF. Il a suivi la majeure Energie et Environnement à l'EPF Montpellier et un Master 2 en Ingénierie Physique des Energies à l'Université Paris Diderot en parallèle pour sa 5ème année d'études. Il témoigne sur son parcours bi-diplômant en France.

Pourquoi avoir choisi l'EPF ? 

"J'ai choisi de faire l'EPF car c'est une des bonnes écoles d'ingénieurs qui proposent une prépa intégrée. Je ne voulais pas passer par 2 ans de classe préparatoire aux grandes écoles, cela ne m'aurait pas convenu, et surtout je ne pense pas que ce soit obligatoirement la clé du succès. L'important est de commencer à se fixer un cap durant les études. J'ai également choisi l'EPF parce qu'il y a une grande mixité et ouverture à l'international, forcément ça apporte un peu plus de légèreté et d'ouverture d'esprit que d'autres écoles. Enfin dernière raison, pour la pluralité des enseignements, vu qu'à l'époque je ne savais pas quoi faire, ça me semblait laisser plusieurs voies ouvertes."

Après tes trois années de cycle généraliste à Sceaux, tu as choisi d'intégrer la majeure Energie et Environnement à Montpellier. Pourquoi ce choix ?

"J'ai choisi la majeure Energie et Environnement à Montpellier car je suis très sensible aux causes environnementales et je voulais trouver ma motivation professionnelle dans l'éthique des énergies renouvelables. L'énergie est une secteur pilier dans de nombreux domaines d'activité, et en perpétuelle évolution. Il y a donc de nombreuses possibilités professionnelles. Et puis, je me suis dit que le campus de Montpellier avait l'air sympa !"

Pourquoi avoir choisi de suivre un double-diplôme ? Comment as-tu choisi ta deuxième formation et qu'est-ce que cela t'a apporté ?

"Suite à une césure à l'étranger entre la 4ème et la 5ème année, j'ai décidé de suivre un double-diplôme durant ma 5ème année pour étoffer mes compétences et éventuellement me spécialiser dans quelque chose de particulier, toujours en rapport avec les énergies renouvelables ou l'environnement. J'ai ciblé 3 possibilités de formation : Master d'ingénieur d'affaire pour acquérir une compétence commerciale, Master ingénierie forestière pour devenir ingénieur forestier, et des Masters en sciences physiques des énergies pour pousser un peu plus mes connaissances techniques. Étonnamment j'ai été pris partout, mais mon choix s'est finalement porté sur le Master 2 Ingénierie Physique des Energies de l'Université Paris Diderot, qui proposait un cursus uniquement basé sur le renouvelable et avec des intervenants de qualité. J'ai beaucoup appris sur le potentiel des énergies renouvelables et aussi la réalité de leur développement en France."

Où en es-tu actuellement dans ton projet professionnel ? 

"Après mon stage de fin d'étude chez Veolia, qui m'a beaucoup plu, on m'a proposé de rester, mais j'ai tout de même gardé cette envie en moi de tester des fonctions d'ingénierie d'affaire avant la fin de mes études. Je suis donc en alternance cette année dans le Master 2 ingénieur d'affaires de l'IAE Gustave Eiffel, avec seulement un jour de cours par semaine. Les quatre autres jours, je suis développeur commercial dans une entreprise prometteuse dans le secteur des voitures électriques, ChargeGuru. Je reste donc dans ce qui me motive, le durable, en exerçant des compétences d'ingénieur mais également des compétences commerciales. Pour la suite, soit je retournerai sur des postes plus techniques, soit si je me plais dans le commerce j'exercerai des missions d'ingénieur d'affaires dans le secteur de l'énergie renouvelable."