Paroles d'élèves et alumni : Léa CHENUT, diplômée en 2018, a suivi un double-diplôme pour sa 5ème année

Publié le 13/11/2019

Léa CHENUT, diplômée en 2018, a choisi de faire un parcours bi-diplômant après sa formation d'ingénieur généraliste à l'EPF. Elle a suivi la majeure Ingénierie & Numérique à l'EPF Sceaux et un Master 2 Physique Médicale et du Vivant à l'Université Paris Descartes en parallèle pour sa 5ème année d'études. Elle témoigne sur son parcours bi-diplômant en France.

Pourquoi avoir choisi l'EPF ?

"J’ai choisi d’intégrer l’EPF pour plusieurs raisons. C’est une école qui propose une grande diversité d'enseignements, et le côté généraliste permet de laisser un peu de temps supplémentaire pour trouver son orientation professionnelle."

Après vos trois années de cycle généraliste à Troyes, vous avez choisi d'intégrer la majeure Ingénierie & Numérique à Sceaux. Pourquoi ce choix ? 

"En 4ème année je me suis orientée vers la Majeure Ingénierie & Numérique car j’avais dans l’idée d’accéder par la suite au Master 2 Physique Médicale et du Vivant proposé par l’Université Paris Descartes. La Majeure Ingénierie & Numérique était donc la voie la plus logique pour y parvenir en suivant un parcours bi-diplômant. En parallèle de ma formation d'ingénieure à l'EPF, j’ai donc intégré l’université Paris Descartes en 5ème année."

Qu'est-ce que parcours bi-diplômant vous a apporté dans votre projet professionnel ?

"La formation à Paris Descartes permet un apprentissage complet des techniques et appareils médicaux (IRM, doppler, scanner…) ainsi qu’une vision globale du métier d’ingénieur biomédical. Elle est complémentaire de ma formation d'ingénieure généraliste EPF. Cette formation m’a été très bénéfique, cependant je n’ai pas choisi d’effectuer mon stage de fin d’étude en tant qu’ingénieure biomédicale, mais au sein d’un laboratoire de recherche dans le domaine de la biologie. Je pense avoir trouvé ma voie grâce à ce stage."